Haut

La “dhimmitude” griffée Dolce& Gabbana!

La “dhimmitude” griffée Dolce& Gabbana!

 

« Faut prendre l’argent là où elle est ! » disait autrefois Georges Marchais avec cette gouaille chère aux cocos des Trente Glorieuses qui s’entraînaient le soir à enchaîner les fautes de français. Ils croyaient ainsi faire « peuple » à une époque où le peuple parlait généralement un français châtié…
Bref, faut prendre l’argent là où elle est, et elle est toujours chez les rois du pétrole. Exactement chez les monarchies pétrolières, là où les barbus et les femmes voilées sont passés directement du dos de chameau (il y étaient encore dans les années en question) à la Porsche, et de la tente des bédouins aux gratte-ciel et aux pistes de ski dans le désert. Sans oublier les îles artificielles et les fermes normandes qui le sont tout autant, où les vaches paissent l’herbe sous des brumisateurs réfrigérants.

Chez nous, en revanche, dans la vieille Europe, on court après le client. Comme disait le slogan, on n’a pas de pétrole mais on a des idées, certes de moins en moins, mais des idées quand même. Dans le domaine de la couture, par exemple, où notre étoile clignote encore au firmament de la mode. Seulement voilà, le monde ne se précipite plus comme autrefois aux défilés de Paris et Milan, et si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira-t-à toi, c’est connu ! Nous allons donc faire allégeance aux barbus décapiteurs, mais décapiteurs riches.

On découvre ainsi que la célèbre maison Dolce & Gabbana vient de présenter sa première collection de hijabs et d’abayas, autrement dit les foulards et les longues robes que portent les musulmanes. De quoi se « bâcher » très chic, enchiffonnée de soie de la tête aux pieds. Comme Stefano et Domenico – je les appelle par leurs petits noms – l’ont confié à L’Express : « Les musulmans représentent 22 % de la population [mondiale] et leurs exigences vestimentaires sont trop souvent délaissées par les grandes maisons de couture et de prêt-à-porter européennes. » Ben oui, dit comme ça… Sauf que je me souviens d’un temps pas si lointain (la décennie 80) où les monarques du Golfe débarquaient à Paris au temps des défilés de couture et faisaient le bonheur des Dior, Chanel et autres Saint-Laurent qui les habillaient… à la française !

Force est donc de constater qu’en trente et quelques années, le monde a basculé. Si les clientes de nos maisons de couture sont demeurées les mêmes, nos collections, elles, ont changé : c’est la mode arabe qui s’installe ! Et les manières avec. On a pu voir il y a quelques semaines un reportage sur le grand magasin du Printemps, à Paris. Un temple du luxe où se bousculent les nouveaux riches de la planète. On y suivait un stage où les employées haut de gamme apprenaient les codes de la clientèle arabe : toujours s’adresser à monsieur, le faire asseoir, lui offrir à boire, ne parler qu’à lui, ne regarder que lui… lui présenter les modèles, les bijoux… bref, ignorer madame.
Comme disent nos amis Domenico et Stefano, c’est « un constat sans appel » : il faut se plier aux exigences de la clientèle. Quelles qu’elles soient.

En vieux français des années quarante, ça s’appelait la collaboration.

Marie Delarue – Boulevard Voltaire

Delit D'images
8 Commentaires
  • cacaboud1

    pas convenable les imprimés! Pas de marguerites, trop impur!

    9 janvier 2016 à 11 h 27 min
  • cacaboud'or

    Sous ces vêtement il y a une fille je suppose?
    Quelles sont ses visions du monde? ses engagements? ses convictions? Sa relation au monde? son empathie?
    Si on lui avait proposé de s’habiller façon “cabaret de la France occupée”, l’aurait elle fait?
    A t’elle pleuré en apprenant la mort des victimes du Bataclan? A t’elle porté un teeshirt “je suis Charlie”, à t’elle déposé une gerbe de fleur? à t’elle eu conscience que son pays était en danger, ou bien n’a t’elle aucune représentation de ce qu’elle fait?
    Comment s’appelle t’elle? qui peut lui faire prendre conscience qu’elle est un élément parmi la grande structure de notre perte?
    Comment faire comprendre que si chaque élément de cette construction faisait défection par humanisme, par empathie, rien ne serai possible. Rien. Et pourtant ce n’est pas de sa faute. et pourtant elle est très gentil je suppose, mais bien peu éclairé.

    9 janvier 2016 à 13 h 39 min
  • cacaboud1

    C’était aussi cela le message du pape, chacun doit (en terme de devoir) avoir conscience et lutter contre l’indifférence!

    9 janvier 2016 à 13 h 44 min
  • Anonyme

    La kasbah Dolce & Gabanna va faire FORTUNE avec Merkel et sa mairesse qui conseille aux femmes allemandes de se vêtir de manière à ne pas provoquer les migrants violeurs !

    André COURREGES n’aurait jamais lancé une telle collection. Il aimait les Femmes et les respectait.

    VIVE les Femmes Grillagées… Yallah !!!

    9 janvier 2016 à 15 h 49 min
  • Franc MARTIN

    A quand Mère Quelle et la Maire de Cologne se vêtiront à l’Orientale pour montrer l’exemple d’assimilation?

    10 janvier 2016 à 12 h 55 min
  • Trannod

    je voudrais voir les dessous

    10 janvier 2016 à 13 h 35 min
  • JEAN PN

    A cause de Dolce& Gabbana, les fabricants de sacs poubelles vont perdre de l’argent … On peut plaisanter, non ?…

    10 janvier 2016 à 16 h 32 min
  • papyalain74

    Ben voila , petit à petit, l’oiseau fait son nid, une pure question de fric ; L’invasion rampante de l’islam , c’est çà!
    Faut prendre l’argent là où elle est !

    10 janvier 2016 à 16 h 53 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services