Macron ciblé par la Russie: un coup de com? (Vidéo)

Download PDF

Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche et principal soutien d’Emmanuel Macron récuse tout “coup de com’ après que le candidat a déploré les propos anti-Macron tenus sur des sites de médias russes. Et il n’est objectivement pas très convaincant… Même les journalistes de la presse dominante, qui, sans cesse, “ovationnent” Macron, semblent dubitatifs…

96a247ca26f5aed7090958be1c52521ad309d5e5

 

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron s’attaque déjà en personne à Sputnik pour la propagation de rumeurs que le site n’a jamais diffusées. Rejetant fermement toute accusation, Sputnik invite à creuser plus profond dans les origines de ces rumeurs. Oh surprise! Le sujet s’avère avoir été soulevé il y a déjà fort longtemps.

Les rumeurs autour de l’ancien ministre de l’Économie font couler toujours plus d’encre, entre autres à cause de la « chasse aux coupables » à laquelle se livre l’équipe de Macron. Sur Radio Classique, le candidat à la présidentielle française vient lui-même de reconnaître le caractère non truqué de la campagne électorale, pour ensuite critiquer les sites Sputnik et RT pour leurs prétendues attaques médiatiques.
« L’élection […] n’est pas truquée mais nous avons subi des attaques répétées, multiples, de hackers sur notre site internet, beaucoup viennent d’Ukraine avec de fortes présomptions », a assuré Emmanuel Macron, affirmant avoir des preuves de ces attaques. « Je souligne que plusieurs sites, Sputnik ou Russia Today, où vous avez beaucoup de journalistes français dont l’orientation politique n’est pas à démontrer […], ont produit des attaques en règle […] en propageant qui des rumeurs, qui des propos assez infamants qui ne relevaient pas du journalisme mais plutôt de la pire presse d’opinion », a-t-il ajouté.

L’un des prétendus coupables, Sputnik, s’est chargé de démêler l’écheveau de l’affaire.

« Révélation » № 1

Si on regarde de plus près les crimes médiatiques attribués à Sputnik, le site ne se révèle pas si impliqué que ça. Ayant publié un article rédigé à partir d’une interview du fondateur du site WikiLeaks Julian Assange accordée au journal russe Izvestia, qui évoquait des informations « intéressantes » à propos d’Emmanuel Macron, le site a essuyé bien des foudres de la part des médias français ainsi que des partisans du candidat, ceci, alors qu’aucune information concrète n’a été mentionnée.
Qui plus est, les informations en l’espèce s’avèrent circuler dans les médias depuis déjà un certain temps, alimentées par des propos retentissants dans les cercles politiques de l’Hexagone. Parmi les probables raisons de cet émoi autour de la candidature de Macron, il y a les termes quelque peu osés prononcés par l’ancien président français Nicolas Sarkozy, dans un entretien au magazine Le Point en mai dernier :

« Que voulez-vous que j’en pense? Il est cynique. Un peu homme, un peu femme, c’est la mode du moment. Androgyne. Ce qui vous plait chez Macron, c’est que vous aimez toujours ceux qui ne vous obligent pas à choisir », avait déclaré l’homme politique à propos du candidat d’En Marche!.

Si la formulation de Sputnik attire tant de grogne, cela ne peut que signifier que l’on veut tout simplement discréditer M. Macron sans s’inquiéter de l’absence de preuves.
En outre, alors que le site préfère parler du parcours politique de M. Macron que de sa vie privée, plusieurs médias français évoquent sans ménagement ce côté de la vie du candidat et choisissent hardiment leurs termes, tout en accusant Sputnik d’avoir jeté la rumeur dans l’espace médiatique.

Ces médias semblent ainsi utiliser ces rumeurs comme prétexte pour lancer une nouvelle polémique autour du candidat à la présidentielle française.

Le sujet Macron semble d’ailleurs avoir provoqué un scandale sur Closer: un article évoquant un proche d’Emmanuel Macron travaillant pour Mathieu Gallet — que plusieurs médias soupçonnent d’entretenir une liaison avec le candidat à la présidentielle et dont le nom n’a jamais été mentionné par Sputnik — est supprimé peu après la publication.

« Révélation » № 2
Accusations de «En Marche!» contre Sputnik et RT sans fondement

La plus récente rumeur qui vaut à Sputnik de se retrouver au cœur des critiques concerne les informations selon lesquelles Emmanuel Macron aurait séjourné à la résidence officielle de l’ambassadeur de France « aux frais des contribuables français » lors de sa visite au Liban. En réalité, la rumeur est issue du site d’info français Le Vent se lève, puis a été relayée par les Incrocks et mentionnée sur RT, qui a pourtant reconnu que l’information en question était difficile à vérifier.
Sur Sputnik France, aucune information sur le sujet n’a émergé, un constat également confirmé par Libération.

Alors que l’équipe Macron continue de s’arc-bouter sur ses accusations, les portes de Sputnik restent ouvertes à tous ceux qui souhaitent faire la lumière sur la situation, y compris les membres d’En Marche! et son candidat.

Source Sputnik

Partager

1 commentaire

Commentaires fermés