Bonne fête mes voisins!

Bonne fête mes voisins!
Download PDF

Par Isabel Orpy

Je tiens tout particulèrement à fêter mes voisins pour les remercier d’avoir deux fois, cette année, gravissimement ravagé mon plafond et mon faux plafond, laissant quatre jours de l’eau couler dans mon salon en jurant que cela ne pouvait provenir de chez eux, alors que se planquait un robinet plus que fuyant derrière leur cuisinière… Il me faut louer les mêmes pour me distraire dès les beaux jours, en m’offrant mieux que de la téléréalité: leur vie en direct, avec leurs menus, leurs hobbys, leurs discordes, les caprices de leurs enfants malappris… et surtout, pour les portes, toutes les portes, de celles de l’immeuble aux leurs, violemment claquées, à des heures disparates, qui animent régulièrement ma morne et trop paisible existence.

Je dois aussi célébrer ceux  qui, après m’avoir fait subir les descentes à roller  des escaliers (de bois) de leur fiston pendant cinq ans quand il fut devenu silencieux, m’ont offert sa petite soeur pour poursuivre l’animation de ce petit immeuble  sinistrement bourge, en  hurlant à tue-tête des tubes de sa composition en charabingliche. Cette charmante ado barbouillée qui invitait régulièrement toute sa classe de sauvageons polychromes à squatter  le hall et  les marches, bloquant la circulation de l’immeuble et répliquant avec la courtoise de leur époque lorsqu’on leur demandait d’aller jouer ailleurs. Heureusement, deux costauds de ma garde rapprochée ont su user d’un vocabulaire adapté, comprenant moins de  quatre cents mots, donc plus accessible  que le mien,  les convaincant  ainsi de se divertir en d’autres lieux.

Enfin, il me faut rendre hommage à mes quatre principaux voisins de bureau. Deux sont d’insatiables miauleurs velus qui réclament régulièrement, haut et fort, à bouffer et quand je ne réponds pas assez vite à leurs revendications, se couchent sur mon clavier, tentent de m’arracher mon feutre de la main, referment d’un coup de papatte mon bouquin où me léchouillent le poignet droit. Sans parler de leur balades sur les bureaux, en transitant par les imprimantes, sur lesquels, ils sèment les longs poils qu’ils ne se laissent que très difficilement brosser…

Les deux autres, qui gribouillent aussi sur ce site, sont les rois du boucan! Celui qui mesure 192 cm m’interrompt régulièrement quand je lis ou j’écris parce qu’il a fait la trouvaille du moment et il trouve souvent… quant à l’archéologue de service, il me fait profiter généreusement du son des nombreuse vidéos qu’il visionne, certes parfois pour vous, refusant de s’équiper du casque très confortable, offert par une demoiselle lui servant de fille et qui eut pitié de moi… probablement, car ce n’est pas seyant ou n’est pas assorti à son crâne déplumé. Il est vrai qu’un casque c’est plus pratique  avec un chignon et puis je n’ai qu’à me faire deux tresses au lieu de grogner.

C’est ainsi qu’étant chaque jour à la fête grâce tout ce petit monde, aujourd’hui, je ferai exception et je  la fêterai  en fuyant tous ces voisins pour d’autres ailleurs désertiques et désertés!

Partager

3 commentaires

  1. FERDINAND Jean-Claude, Maroc

    Chère Isabel,
    merci pour votre verve toujours aussi réjouissante.
    J’attendais évidemment votre billet sur cette fête du vivre-ensemble…
    Profitez bien de cette journée de répit dans la solitude!
    Cordialement, Jean-Claude.

  2. Roban

    Je vous plains Isabel, heureusement cela ne vous a pas fait perdre votre humour !
    Je reviens d’une fête des voisins à laquelle j’ai été invité et je dois dire que j’en ai été enchanté. Je précise que le voisin le plus proche habite à plus de 500 m, il ne risque pas de m’inonder !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *